• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

Articles

Ne vous laissez pas surprendre par la grippe!

En principe, la grippe ne frappe que très rarement à notre porte avant le mois de décembre. Il est peut-être encore temps de faire le point sur la maladie et de courir, si le cœur vous en dit, vous faire vacciner. Le Professeur Claire-Anne Sigriest, présidente de la commission fédérale de vaccination, nous éclaire.

QU’EST-CE QU’UNE GRIPPE EXACTEMENT?
La grippe est une infection causée par le virus influenza. Virus respiratoire, il fait généralement, mais pas toujours, couler le nez, donne de la fièvre, des courbatures, le rhume et la toux.

QUEL EST LE TRAITEMENT IDEAL?
Pour les personnes en bonne santé, il n’y a pas grand-chose à faire mis à part d’augmenter son confort au maximum en diminuant la force de la réaction inflammatoire, c’est-à-dire de la fièvre. En cas de forte fièvre, en effet, il faut tout faire pour la calmer, boire beaucoup, rester tranquille et surtout attendre que ça passe. Le problème de la grippe n’est pas la maladie en tant que telle, mais plutôt les complications qu’elle peut engendrer chez les personnes soit très jeunes, soit très âgées, ou alors chez celles qui présentent des facteurs de risque tels que la grossesse ou des maladies qui les fragilisent. Pour elles, la grippe peut alors entraîner diverses maladies comme des pneumonies ou des complications neurologiques. C’est dans ce genre de cas qu’il convient de faire attention.

Lire la suite

Bien comprendre le cholestérol

Le cholestérol est un lipide appartenant à la famille des stérols. Bien qu’il ait mauvaise presse ces dernières années, le cholestérol est un nutriment indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Il est majoritairement synthétisé au niveau du foie, mais peut également être apporté par l’alimentation. Au sein du corps humain, le cholestérol peut être transporté par différentes protéines spécifiques, dont le cholestérol HDL et le cholestérol LDL. Incluant les taux de ces deux transporteurs au sein de l’organisme, le taux de cholestérol total ou cholestérolémie est une valeur couramment mesurée pour prévenir ou identifier une hypercholestérolémie (excès de cholestérol) et constitue un facteur de risque de maladies cardiovasculaires. C’est pourquoi il convient d’être vigilant aux apports en cholestérol et au taux de cholestérol total au sein de l’organisme.

ROLES DU CHOLESTEROL DANS L’ORGANISME
Le cholestérol participe à la structure des membranes cellulaires et contribue ainsi à la stabilité et au renforcement des membranes. Le cholestérol est également un précurseur pour de nombreuses molécules essentielles à l’organisme. Il participe par exemple à la synthèse d’hormones stéroïdiennes telles que l’aldostérone et le cortisol, d’hormones stéroïdiennes sexuelles telles que l’œstrogène, la progestérone et la testostérone, et de la vitamine D. Enfin, le cholestérol contribue à la synthèse des sels biliaires présents dans la bile, un liquide nécessaire à la digestion des graisses.

Lire la suite

La musicothérapie, une approche tout en douceur

LA MUSIQUE AIDE A SUPPORTER DES SOINS CRITIQUES
Aux soins intensifs, des patients ont besoin de moins de tranquillisants s’ils peuvent écouter de la musique relaxante. Vous êtes aux soins intensifs et sous respiration artificielle. Auparavant, vous respiriez mal, par exemple à cause d’une pneumonie ou d’une insuffisance cardiaque. Vos poumons n’apportaient donc pas assez d’oxygène à votre corps. Pour y remédier, les médecins ont introduit un tube dans votre bouche et votre trachée (une intubation). A travers celui-ci, une machine envoie de l’oxygène vers vos poumons. Vous évitez ainsi l’épuisement. Une telle situation est évidemment désagréable. De plus, votre état de santé est critique et l’environnement des soins intensifs est stressant, entre bips, alarmes, bruit généré par le respirateur et les autres patients. Cela induit de l’anxiété. Or, celle-ci active le système nerveux sympathique; le cœur demande donc encore plus d’oxygène, quand le corps peine déjà à en apporter. Afin de soulager les patients et leur respiration, des tranquillisants sont donc généralement prescrits.

MUSIQUE A LA DEMANDE
Aux Etats-Unis, le professeur Linda Chlan a testé la musicothérapie pour soulager l’anxiété d’un groupe de 373 malades des soins intensifs, intubés et sous ventilation mécanique. Ceux-ci devaient être suffisamment conscients pour accepter l’expérience, ce qui implique que la dose de tranquillisants qu’ils recevaient était relativement modeste. Les patients ont été répartis aléatoirement en trois groupes: l’un se voyait proposer de la musique, le deuxième un casque audio antibruit et le dernier, le groupe contrôle, était soigné normalement, sans musique. Pour le groupe «musique», une musicothérapeute amenait au patient un lecteur de CD, un casque et un choix de six CDs de musique relaxante. La musique pouvait être utilisée quand le patient le souhaitait. L’équipe du professeur Chlan a ensuite mesuré trois indicateurs: le niveau quotidien d’anxiété du patient sur une échelle de 1 à 100, la dose et la fréquence de tranquillisants prescrits par les médecins.

Lire la suite

La luminothérapie a fait ses preuves

La luminothérapie consiste à s’exposer quotidiennement à une lumière artificielle blanche, dite «à large spectre», imitant celle du soleil. Son but est principalement de traiter les troubles associés aux dérèglements de l’horloge biologique interne, comme la dépression saisonnière.

On emploie également la luminothérapie pour contrer d’autres symptômes pouvant être associés à un dérèglement de l’horloge biologique interne, comme les troubles du sommeil et le syndrome prémenstruel ou pour combattre les problèmes attribuables au décalage horaire ou au travail de nuit. Elle pourrait également être utile dans certains cas de dépression comme le post-partum ( à la suite d’un accouchement ) ou la dépression non saisonnière chez les personnes âgées.

La luminothérapie pourrait aussi avoir des vertus préventives contre ces mêmes problèmes. Elle pourrait notamment profiter aux personnes qui ressentent une légère « déprime hivernale » annuelle ou qui travaillent toute la journée sans voir la lumière du jour, que ce soit dans un bureau ou une usine.

Lire la suite

L’obésité pourrait toucher 20% de la population en 2025

Une étude publiée récemment dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025.

En Suisse, près de 30% de la population de plus de 15 ans est en surpoids et 10% est obèse selon des chiffres publiés en 2012 par l’Office fédéral de la statistique. En vingt ans, la proportion de personnes obèses a quasiment doublé, passant de 6 à 11% chez les hommes et de 5 à 9% chez les femmes. Elle est plus importante chez les personnes âgées que chez les jeunes, mais les 15-24 ans sont particulièrement concernés par cette évolution. Certes, l’obésité résulte notamment d’une combinaison entre de mauvaises habitudes alimentaires et un manque d’activité physique, mais le problème dépasse largement la seule responsabilité individuelle. L’obésité est aujourd’hui un problème de santé publique préoccupant dans tous les pays occidentalisés en raison de son rôle déterminant dans le développement de certaines maladies chroniques et de son influence sur le taux de mortalité.

LE TEMPS PRESSE
Si l’on veut enrayer cette épidémie et prévenir les maladies chroniques de l’adulte, il est urgent de promouvoir un style de vie sain dès le plus jeune âge. Le temps presse, puisque le nombre d’enfants obèses augmente rapidement dans le monde.

Cette augmentation s’explique par l’absence de mesures préventives efficaces et de moyens financiers mis à disposition pour lutter contre un problème complexe et multifactoriel auquel il faut sensibiliser les enfants, les adolescents, leurs parents ainsi que les autorités politiques et économiques. Notre mode de vie actuel est particulièrement propice au développement de l’obésité: nourriture en abondance, sédentarité et stress. Si l’homme préhistorique vivait des alternances de vaches grasses et de vaches maigres, l’homme occidentalisé d’aujourd’hui ne connaît jamais de période de disette. Les aliments sont accessibles avec la même facilité tout au long de l’année. Passés à la moulinette de l’industrie agroalimentaire, ils sont enrichis en sucres et en graisses qui sont autant de calories très prometteuses en futurs kilos superflus et en maladies chroniques.

Lire la suite

C’est la rentrée, évitons les poux!

Les poux sont des insectes hématophages, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent de sang. Ils n’infectent que l’Homme, sa transmission étant exclusivement interhumaine.

ON DISTINGUE 3 TYPES DE POUX:
– Les poux de corps (pediculus humanus corporis), vivant dans les coutures et les plis des vêtements. Ils provoquent des démangeaisons violentes (prurit), responsables de lésions cutanées. Elles ne sont observées que chez des personnes aux conditions d’hygiène défectueuses (par exemple, les personnes sans domicile fixe).

– Les morpions (phtirius pubis) s’accrochent aux poils pubiens et se transmettent le plus souvent lors de rapports sexuels, généralement chez l’adolescent et le jeune adulte. Là aussi, des démangeaisons (prurit) sont observées.

– Les poux de tête (pediculis humanus capitis): la femelle se trouve au niveau du cuir chevelu et pond des œufs (lentes), qui se fixent à la base du cheveu et se développent. Le cycle de gestation des poux est de 21 jours, ils pondent 7 à 10 œufs (lentes) par jour. Ils se répandent par contact direct de tête à tête, que les cheveux soient propres ou sales, mais ne sautent pas. Ils craignent la lumière et l’eau, et ils meurent en 48 heures s’ils sont en dehors du cuir chevelu. Leur taille est de 3 à 4 mm environ. Suite au grattage dû aux démangeaisons, des lésions cutanées peuvent apparaître sur le cuir chevelu, les tempes et la nuque. Bien que le pou se nourrisse de sang, il ne transmet pas de maladies.

Nous consacrons la suite de cet article aux poux de tête, tellement redoutés par nos chères têtes blondes (et surtout par leurs parents)!

Lire la suite

Comment préparer sa peau au soleil?

Nombreux sont ceux qui s’apprêtent, dans quelques semaines, à prendre le large vers des horizons plus ensoleillés. Mais comment préparer sa peau pour éviter les coups de soleil? Le point sur quelques croyances largement répandues.

Les séances d’UV pour prévenir les coups de soleil?
Tout d’abord, il faut savoir que le bronzage ne peut pas vraiment intervenir avec les cabines UV puisque 95% des rayons émis sont des UV-A et seulement 5% des UV-B, responsables du bronzage. L’effet soi-disant bronzant des cabines à UV est faux puisqu’il s’agit en fait d’une simple photo-oxydation des mélanines et non d’une mélanogénèse comme avec les UV-B du soleil. Les UV-A sont surtout à l’origine du «phénomène de Meirowsky», coloration gris-brun visible immédiatement après une longue exposition et très transitoire, d’où le besoin de renouveler les séances pour maintenir l’effet. Le hâle transitoire que permettent les cabines de bronzage assure une protection très peu efficace contre les coups de soleil: cela équivaut à un facteur de protection 2, soit une protection extrêmement faible. Si une personne a habituellement un coup de soleil au bout de 10 minutes sans protection, un indice de protection 2 lui permet d’être protégée de ce même coup de soleil durant 20 minutes (soit 2 x 10 minutes).

Lire la suite

Malade en vacances: que faire?

Fièvre, morsure, diarrhée, éruption de boutons… En plus de gâcher vos vacances, ces désagréments peuvent parfois révéler un problème de santé potentiellement grave nécessitant une consultation médicale d’urgence. Comment réagir et surtout, quand s’inquiéter?

Fièvre
La fièvre peut certes être causée par une affection bénigne, mais elle peut aussi être la manifestation d’une maladie grave, comme la malaria. Elle doit donc toujours être prise au sérieux et faire l’objet d’une consultation médicale, surtout en présence de symptômes spécifiques: détérioration de l’état général, grande faiblesse, maux de tête importants associés à des nausées ou des vomissements, douleurs dans la nuque, troubles neurologiques (hypersensibilité au son ou à la lumière, paralysies ou pertes de sensation locales), confusion, somnolence, difficultés respiratoires ou essoufflement, saignements dans la bouche ou au niveau génital, apparition de taches sombres sur la peau, mais aussi en cas de douleurs abdominales, diarrhée, ganglions gonflés ou douloureux, jaunisse, ou encore de lésions cutanées. Si vous ne constatez aucun de ces signes particuliers et que vous ne voyagez pas dans une zone de malaria, vous pouvez vous soigner vous-même. Mais attention: soyez bien attentif à l’évolution de votre fièvre et en cas d’apparition d’un ou plusieurs des symptômes susmentionnés, consultez immédiatement un médecin.

Lire la suite

Allergies saisonnières: du pollen au nez qui coule

Avec les beaux jours reviennent les allergies saisonnières et le rhume des foins. Comment se déclenchent ces réactions parfois si pénibles? Essayons d’en comprendre les trois raisons principales.

1. L’atopie, une prédisposition
Trois Suisses sur dix sont dits «atopiques», c’est-à-dire qu’ils ont une prédisposition à développer des réactions immunitaires inadaptées telles que des allergies. On sait que l’atopie a une composante génétique, mais elle s’expliquerait aussi par notre mode de vie contemporain qui nous expose moins à certaines infections qu’auparavant.

2. L’immunoglobuline, un détonateur
Lorsque notre système immunitaire a appris à reconnaître comme nocive une substance pourtant inoffensive (un pollen, par exemple), on dit qu’il y a «sensibilisation». Après la sensibilisation, un deuxième contact avec la substance allergène peut, chez certaines personnes, provoquer une allergie. Quand c’est le cas, les pollens que nous respirons vont se lier, dans les tissus des bronches, à des immunoglobulines E (IgE), des éléments du système immunitaire qui reconnaissent les allergènes. Ces IgE se trouvent à la surface de certains globules blancs et aussi sur les mastocytes, des cellules qui contribuent à notre immunité.

Lire la suite

Maux de tête ou migraines?

Il n’est pas rare d’entendre ici ou là des personnes se plaindre de migraines, alors qu’il s’agit en réalité de maux de tête. Voici quelques pistes pour vous aider à les distinguer. Une migraine est un mal de tête qui survient sans signe précurseur, sauf dans certains cas où elle est précédée d’une aura. L’aura est un phénomène neurologique qui peut se manifester de différentes façons. Durant les 5 à 60 minutes précédant la migraine, la personne peut ressentir des effets visuels comme des éclairs, des lignes de couleurs, un dédoublement de la vue, une perte de vision d’un œil ou des deux, des engourdissements ou avoir des difficultés d’élocution.

Une migraine peut durer de quelques heures à plusieurs jours. Elle commence par une douleur lancinante ou pulsatile (sensation de «cœur qui bat dans la tête» ou de «coups de marteau»), localisée d’un côté de la tête. Cette douleur est d’intensité modérée à sévère et s’amplifie lorsqu’on exerce des activités habituelles. La migraine s’accompagne souvent de nausées ou de vomissements et d’une intolérance à la lumière ou au bruit.

Lire la suite