• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

All Posts in Category: Bien-être

Soins en vitamine D: le point

Nous ne pourrions pas vivre sans elle. Mais combien nous en faut-il pour bien vivre?

Les os et les dents

La vitamine D est une molécule qui pourrait être qualifiée d’hormone, tant elle joue de multiples rôles dans l’organisme. C’est aussi pourquoi l’on pense (à tort ou à raison) qu’elle pourrait être impliquée de diverses manières dans de nombreuses affections. Une chose est certaine: la vitamine D est indispensable à une formation osseuse et dentaire saine chez l’être humain. L’une de ses fonctions majeures est l’absorption du calcium et du phosphate. Notre organisme en assure la synthèse à partir du cholestérol, sous l’action principale des rayonnements ultraviolets de la lumière qui permettent de couvrir environ 90% de nos besoins. On en distingue plusieurs variétés et les besoins individuels dépendent de notre taille et de notre poids, du degré d’ensoleillement de notre lieu de résidence et des caractéristiques de notre peau. Il faut également tenir compte des recommandations préventives concernant l’exposition au soleil. Le bon sens doit l’emporter: des expositions de courte durée sans chercher à bronzer sont suffisantes pour nous apporter les quantités dont nous avons besoin.

De même, une alimentation saine et équilibrée suffit à apporter les compléments (notamment via les œufs et les poissons gras tels que saumon, sardines, maquereau).

Les conséquences des carences

On parle de carence en vitamine D lorsque le corps n’en a pas assez pour absorber correctement les quantités nécessaires de calcium et de phosphore. De légère à modérée, cette carence peut conduire à une raréfaction de la trame des os du squelette qui caractérise l’ostéoporose. Plus importante, la carence peut conduire, chez l’enfant, au rachitisme ou, chez l’adulte, à l’ostéomalacie (déminéralisation de l’ensemble des os constituant le squelette). Les carences en vitamine D sont suspectées d’exposer à des risques accrus d’un certain nombre de maladies chroniques (affections cardiovasculaires, certaines maladies cancéreuses, diabète); d’autres travaux sont nécessaires pour établir la preuve de relations de cause à effet et inciter à des modifications de comportement (exposition plus importante au soleil, consommation d’aliments riches en vitamine D ou de suppléments vitaminés).

Les données actualisées de la Suisse

En Suisse, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a chargé la Commission fédérale de l’alimentation de rédiger un rapport sur la vitamine D, dont voici quelques informations importantes:

  • Après une évaluation des données disponibles sur les concentrations de vitamine D au sein de la population en Suisse et dans les pays limitrophes, le groupe de travail indique qu’environ 50% de la population suisse présente des concentrations sériques inférieures à 50 nmol/l, et moins de 30% de la population présente des concentrations supérieures à 75 nmol/l.
  • Les données actuelles tendent à confirmer que des concentrations d’au moins 50 nmol/l sont nécessaires pour assurer la santé osseuse de tous les adultes et la santé musculaire des personnes âgées. Il est nécessaire de récolter plus de données sur la santé osseuse et musculaire des enfants et des adolescents, ainsi que sur les effets extra-squelettiques de la vitamine D pour tous les groupes de la population.
  • Chez les adultes (jusqu’à 59 ans), un apport de 600 UI est recommandé. Le groupe de travail préconise fortement une supplémentation de vitamine D de 800 UI par jour dès 60 ans. Il se fonde sur les preuves scientifiques qui montrent une réduction des chutes et des fractures d’environ 20%.
  • Le panel d’experts a établi que des données factuelles basées sur des essais cliniques à grande échelle faisaient défaut. Elles ne permettent donc pas de confirmer les bénéfices de concentrations supérieures à 50 nmol/l dans des domaines autres que la santé osseuse chez les adultes et la santé musculaire chez les personnes âgées. Cependant, le groupe de travail recommande la correction des carences en vitamine D (c’est-à-dire des concentrations inférieures à 50 nmol/l) pour toutes les classes d’âge, car cette mesure présente un rapport bénéfices-risques favorable.
  • Le groupe de travail recommande une valeur seuil de 75 nmol/l pour une prévention optimale des chutes et des fractures.

Source: www.planetesante.ch

Lire la suite

Les animaux domestiques ont une très bonne influence sur notre santé

Nos amis les bêtes

Si plus de la moitié des personnes possèdent un animal domestique, c’est que les bêtes sont nos amies! Mais au-delà du vieil adage et de l’effet bénéfique évident que nous procurent notre relation et notre attachement à nos animaux domestiques, des scientifiques se sont penchés sur les effets positifs des animaux domestiques sur la santé de leurs propriétaires, et pas uniquement chez les personnes en difficulté physique ou sociale (handicapés, malvoyants, personnes âgées vivant seules…).

Dans une étude récente, des propriétaires et des non-propriétaires ont été questionnés sur leur satisfaction générale, en abordant des thèmes tels que leur ressenti en matière de bien-être et de bonheur, le style d’attachement et le type de personnalité. Les propriétaires d’animaux domestiques ont spontanément déclarés être en moyenne plus heureux que les non-propriétaires. De même, ils ont démontré avoir davantage confiance en eux ou encore trouver plus de sens à leur existence.

Socialement, la recherche montre que les animaux sont des facilitateurs de relations. La présence d’un chien, par exemple, est associée à des qualités telles que la gentillesse, la tolérance, l’amour des enfants…

Les animaux seraient donc un facteur d’empathie, avec un effet positif sur l’environnent de leurs propriétaires. Ainsi, les enfants sont responsabilisés, ils apprennent à prendre soin d’autrui et développent des qualités d’attention.

Lire la suite

Relaxez-vous!

back hurt

back hurt

Mal de dos au travail? Entretenez-vous!

Le mal de dos est de plus en plus répandu au sein de nos sociétés. En cause: la sédentarisation de la population.

En consacrant un peu plus de temps à leur corps, à raison d’une à deux heures par semaine, les personnes concernées souffriraient bien moins. Quelques exercices de gymnastique ou de la natation suffiraient en effet à entretenir notre dos qui subit notre rythme quotidien.

Et quel rythme… Pour la plupart des gens, travailler est synonyme de sédentarité. Etre assis derrière un bureau toute la journée causerait des maux plus ou moins importants. En suivant quelques conseils pratiques, il est possible de s’en débarrasser.

Trois conseils pour vous ménager:

Lire la suite

Une semaine sans téléphone portable

Si nous pouvons aisément comprendre en quoi nos portables empoisonnent doucement nos existences et nos vacances, éteindre délibérément notre portable est une entreprise délicate. Et si nous essayions de…

  • … profiter de l’instant présent ?
  • … remettre cet accessoire à sa place ?
  • … ne plus attendre que le téléphone sonne ou que des messages nous parviennent ?
  • … déconnecter pour nous libérer de cette contrainte ?
  • … fermer la ligne et nous ouvrir aux autres ?

 

Pas facile, n’est-ce pas? Essayons de comprendre pourquoi nous ne pouvons plus nous en passer.

Lire la suite

Les massages thérapeutiques

Le toucher est probablement la plus ancienne forme de thérapie naturelle. Certains auteurs affirment qu’il fait partie de nos gènes tant le geste de porter sa main sur une zone sensible et de la frotter est inné chez l’être humain. Pratiqué en Orient comme en Occident, le massage remonte à la nuit des temps. La massothérapie moderne a simplement perfectionné et raffiné le toucher pour qu’il devienne une approche structurée de prévention, de relaxation et de traitement.

La massothérapie englobe une panoplie de techniques. Malgré des différences de philosophie et de types de manipulations, elles partagent plusieurs points communs. Ainsi, les principaux objectifs de la massothérapie sont de favoriser la détente (musculaire et nerveuse), la circulation sanguine et lymphatique, l’assimilation et la digestion des aliments, l’élimination des toxines, le bon fonctionnement des organes vitaux et l’éveil à une conscience psychocorporelle. La massothérapie se pratique surtout à l’aide des doigts et des mains, mais aussi avec les pieds, les coudes et même les genoux. Selon la technique utilisée, les manoeuvres peuvent être appliquées sur tout le corps ou sur une seule partie. On pourra se consacrer surtout à la peau et aux muscles ou aller plus en profondeur vers les tendons, les ligaments et les fascias, ou encore viser des points spécifiques situés le long des méridiens d’acupuncture. Bien qu’on puisse facilement répertorier plus de 100 techniques différentes de massage et de travail corporel, on peut les regrouper en 5 principales catégories:

1) La tradition européenne de masso-kinésithérapie, basée sur les principes occidentaux d’anatomie et de physiologie et la manipulation des tissus mous, dont le massage suédois, constitue la méthode classique;

2) La tradition moderne nord-américaine, également basée sur les principes occidentaux d’anatomie et de physiologie, mais qui intègre une dimension psychocorporelle aux concepts traditionnels. En font partie le massage californien, le massage Esalen, le massage néo-reichien et le massage neuromusculaire;

3) Les techniques posturales, visant à remodeler la structure corporelle par une rééducation de la posture et du mouvement, comme l’intégration posturale, le Rolfing, le Trager et le Hellerwork;

4) Les techniques orientales, basées entre autres sur les principes de la médecine traditionnelle chinoise, comme le massage Tui na, l’acupression, le shiatsu, la réflexologie et le Jin Shin Do;

5) Les thérapies énergétiques, inspirées d’anciennes pratiques de guérison utilisant l’imposition des mains, comme le toucher thérapeutique, le Reiki et la polarité.

 

Applications thérapeutiques de la massothérapie

La massothérapie convient à la plupart des gens, des tout petits aux personnes âgées. Ses effets, qui peuvent être apaisants ou énergisants, pourraient diminuer l‘excitabilité nerveuse, soulager les affections causées par le stress (dont les maux de dos, la migraine, l’épuisement et l’insomnie), accroître la circulation sanguine et lymphatique et entraîner un état de bien-être général. Dans les cas suivants, les bénéfices de la massothérapie ont pu être démontrés dans des études cliniques:

• réduction des risques de blessure au périnée au moment de l‘accouchement,

• diminution de l‘anxiété,

• amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de cancer,

• contribution au traitement de la dépression,

• contribution au soulagement des douleurs lombaires.

Quelques contre-indications

Bien que le massage ne présente pas de risques pour la plupart des individus, il existe certaines contreindications. Par exemple, il est contre-indiqué en cas de fièvre. Il est aussi fortement déconseillé de pratiquer le massage sur le site d’une infection, d’une plaie récente ou en phase de guérison, d’une inflammation aiguë ou d’une ecchymose. En ce qui concerne le travail corporel en profondeur, il va beaucoup plus loin qu‘un massage de relaxation et peut avoir des effets déstabilisants chez des personnes fragiles sur le plan émotif. Puisque le massage augmente la pression artérielle et abaisse le rythme cardiaque, il doit être précédé et suivi d’une évaluation de ces paramètres quand il est effectué sur des patients sensibles à ces modifications. En cas de troubles circulatoires (phlébite, thrombose, varices), cardiaques (artériosclérose, hypertension, etc.) et de diabète, il convient d‘obtenir un avis médical.

blonde woman getting recreation massage in spa salon

Lire la suite

Un ventre plat pour l’été

Avoir un ventre plat, n’est-ce pas là le rêve de tous? Un rêve néanmoins accessible… à condition de respecter quelques règles simples!

Misez sur les fibres

En plus d’être excellentes pour la santé, les fibres constituent un très bon allié ventre plat! Il existe deux types de fibres: solubles ou insolubles. Alors que les fibres solubles contribuent plutôt à réguler les taux de cholestérol et la glycémie dans le sang, les fibres insolubles, quant à elles, favorisent le transit intestinal et préviennent la constipation. Pour avoir un ventre plat, c’est donc sur les fibres insolubles qu’il faut miser! Favorisez les céréales et le son de blé, les fruits et légumes, les aliments à grains entiers (riz complet, pain complet…) ainsi que les légumineuses (haricots rouges, lentilles…). Les fibres insolubles ont aussi l’avantage d’assurer une sensation de satiété plus durable, ce qui n’est pas négligeable si vous souhaitez perdre votre graisse abdominale!

Privilégiez les bonnes graisses

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, pour perdre son ventre, il faut continuer à consommer des graisses, mais pas n’importe lesquelles! On parle ici d’acides gras mono-insaturés (ou Oméga-9) contenus surtout dans l’huile d’olive, l’huile de canola, l’avocat, les amandes, les noix de macadamia et la plupart des autres noix (notre palmarès d’aliments riches en Oméga-9).

Une boisson drainante peut vous aider

Recommandées en cas de problèmes digestifs, mais aussi en cas de graisse abdominale, les boissons drainantes ne sont efficaces que si elles sont combinées à une alimentation saine et consommées plusieurs fois par jour.

Ces boissons sont généralement à base de plantes aux vertus diurétiques qui drainent l’organisme en agissant sur plusieurs organes comme le foie, les reins et même sur le système lymphatique. Pour lutter contre la rétention d’eau (lorsque l’organisme stocke plus d’eau qu’il n’en élimine), on trouve par exemple le thé vert ou le pissenlit.

Faites du sport

Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les exercices «ciblés » comme les abdominaux qui permettent de perdre sa graisse abdominale. Mieux vaut opter pour une discipline plus complète comme la natation, la marche à pied, la course à pied ou le vélo.

Choisissez des glucides

à faible index glycémique L’index glycémique classe les aliments en fonction de l’élévation de la glycémie (taux de sucre dans le sang) qu’ils produisent lorsqu’on les consomme. Il est donc conseillé de préférer les aliments à faible index glycémique (IG), c’est-à-dire inférieur à 10. Pour ce faire, mettez au menu des céréales complètes, des produits sans sucre, des fruits et légumes, des légumineuses, etc.

Gare aux produits amincissants sur Internet!

Swissmedic, l’organisme suisse de contrôle et d’enregistrement des médicaments, a analysé la composition de 61 produits amincissants importés illégalement. Le résultat est inquiétant: plus des trois quarts des produits renfermaient des principes actifs non déclarés. Plus de la moitié contenait de la sibutramine, un principe actif qui a été retiré du marché en 2010 dans le monde entier en raison de ses risques pour la santé.

On sait par expérience que la demande de produits amincissants augmente au printemps. Nombreuses sont les personnes qui commandent de tels produits en ligne sans savoir ce qu’elles recevront vraiment. Il est frappant de constater qu’un nombre croissant des produits amincissants proposés sont des boissons comme du café, dont certaines contiennent des substances interdites dans des quantités nocives pour la santé. Au total, 41 produits étaient revendiqués comme étant «naturels» ou «d’origine végétale». En réalité, 35 d’entre eux contenaient des composants chimiques dangereux. Un sachet de café contenait 45 mg de sibutramine, ce qui représente une dose potentiellement mortelle, équivalant à trois fois la dose journalière maximale. De plus, certains produits contenaient d’autres principes actifs non déclarés comme des antalgiques (paracétamol), des anti-inflammatoires (diclofénac) ou des antidépresseurs (fluoxétine). Les résultats de ces analyses montrent en outre que les produits ou médicaments vantés comme étant amaigrissants qui proviennent de sources non contrôlées peuvent être extrêmement dangereux pour la santé!

Lire la suite

Prenez soin de votre dos!

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le mal de dos concerne environ 30% de la population, et 80% ont touchés par ce mal au moins une fois dans leur vie. La sédentarisation et l’évolution du travail dans les populations occidentales (en particulier la généralisation du travail devant un ordinateur) contribuent à faire de cette pathologie une véritable épidémie.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le mal de dos concerne environ 30% de la population, et 80% seront touchés par ce mal au moins une fois dans leur vie. La sédentarisation et l’évolution du travail dans les populations occidentales (en particulier la généralisation du travail devant un ordinateur) contribuent à faire de cette pathologie une véritable épidémie. Les facteurs de risque suivants doivent être pris en considération, en particulier pour les personnes souffrant régulièrement de douleurs dorsales:

– Les travaux physiques fatigants, en particulier ceux nécessitant la manipulation de charges lourdes

– L’âge

– La ménopause, le changement de métabolisme (en particulier les œstrogènes) augmentant le risque de développer une ostéoporose

– Le surpoids et l’obésité

– La sédentarité

-Le stress, qui contribue à augmenter les tensions musculaires

– Le tabagisme, comme l’ont montré certaines études, même si les causes ne sont pas encore formellement identifiées.

Les personnes «à risque» devraient être particulièrement à l’écoute de leur corps (et de leur dos) et suivre les recommandations suivantes:

– Eviter de rester trop longtemps en position couchée; bien choisir son matelas et son sommier, qui doivent être plutôt durs

– Effectuer les mouvements correctement, en particulier, porter les objets en gardant le dos droit et en pliant les genoux

-Changer fréquemment de position durant le travail, se lever régulièrement en cas de travail bureautique

– Faire régulièrement du sport, en choisissant une activité sportive adaptée

– Porter de bonnes chaussures

– Porter une ceinture lombaire si nécessaire

5 positions à adopter en cas de douleurs dorsales

1. Debout, la tête droite, le cou allongé et vertical, les épaules horizontales et décontractées, le ventre et les fesses rentrés de manière à soutenir la colonne, le bassin légèrement basculé en arrière, les genoux assez souples et les orteils à plat, le poids du corps également réparti sur les deux pieds.

2. Assis sur une chaise, le dos appuyé contre le dossier, le poids du corps réparti sur les fesses et sur les cuisses, les genoux à angle droit, les pieds à plat par terre. Au besoin, un coussin peut être nécessaire pour régler la hauteur ou l’appui dorsal.

3. Sur un tabouret ergonomique «assis-à-genoux», le bassin étant assis sur une assise inclinée à 5°, le poids du corps déporté vers les cuisses et les genoux appuyés.

4. Debout, incliner le buste vers l’avant et laisser tomber les bras en se relâchant complètement et en expirant lentement par la bouche. Maintenir la position durant 10 secondes et se redresser lentement.

5. Se suspendre à une barre fixe ou à un encadrement de porte. Si cela n’est pas possible, étirer les bras verticalement vers le haut au maximum durant 10 secondes

10 sports à pratiquer en cas de mal de dos

– la natation: se laisser porter par l‘eau qui adoucit l‘impact des gestes effectués

– l’aquagym: en particulier les exercices spécifiques pour muscler le dos

– le stretching: idéal pour étirer la colonne vertébrale

– la marche à pied ou le nordic walking: attention à choisir des chaussures et un terrain adéquats.

– le vélo: il libère la colonne vertébrale et les articulations de la charge corporelle

– le yoga: permet également d’étirer la colonne vertébrale

– le taï chi: aide à relâcher les tensions musculaires

– la gymnastique du dos: parfait pour gagner en masse musculaire, acquérir une bonne tonicité abdominale et gainer

– la musculation: en particulier les exercices spécifiques ou l’usage de machines prévues à cet effet (de type Huber Motion Lab, par exemple)

– le Pilates: permet de travailler à la fois les assouplissements et le gainage abdominal

Lire la suite