• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

La phytothérapie

Le mot phytothérapie provient de deux mots grecs qui signifi ent «soigner avec les plantes». Il s’agit dune pratique millénaire basée sur un savoir empirique qui sest transmis et enrichi au fil d‘innombrables générations.

 

Aujourd‘hui, la phytothérapie s‘appuie à la fois sur cette sagesse traditionnelle et sur les découvertes de la médecine moderne. La rencontre relativement récente de ces deux mondes et le peu de normes qui régissent le domaine font que la théorie et la pratique sont encore très disparates. Dans le domaine de la phytothérapie, on remarque deux tendances majeures. Certains intervenants mettent surtout l‘accent sur les connaissances empiriques des plantes et sur leurs effets reconnus depuis la nuit des temps. Ils s‘intéressent aux effets de la plante dans sa globalité, sur tout l‘individu. D‘autres se basent davantage sur les connaissances biochimiques et se préoccupent plutôt des symptômes des maladies et de l‘action des principes actifs des plantes. L‘utilisation des plantes médicinales reste à ce jour la forme de médecine la plus répandue à travers le monde. Cependant, vers la fin du XIXe siècle, elle a connu un rapide déclin en Occident avec l‘avènement de la médecine scientifique et l‘apparition de médicaments modernes (aspirine, antibiotiques, cortisone, etc.). Toutefois, depuis les années 1970, les gens se tournent de nouveau vers les plantes médicinales. Leur popularité grandissante a amené les scientifiques à entreprendre de nouvelles recherches. Au cours des dernières années, quelques revues systématiques et études cliniques aléatoires sur la phytothérapie ont été publiées. Les principaux problèmes de santé étudiés ont été l’arthrite, le cancer, la maladie d’Alzheimer, les symptômes de ménopause et la douleur. Les résultats montrent que la phytothérapie, seule ou en combinaison avec la médecine classique, semble prometteuse dans le traitement de certaines maladies. Par contre, la qualité déficiente de plusieurs de ces études limite les conclusions au sujet de l’efficacité de la phytothérapie.

 

point-d-interrogation_googleEfficacité démontrée ou effet placebo?

Une question se pose d’emblée: pourquoi une plante utilisée entièrement devrait-elle être plus efficace qu’une molécule précise qu’elle contient et que l’on pourrait extraire pour l’administrer sous forme de médicament? Il a été démontré dans certains cas que de puissantes interactions entre les différents composés d’une plante pouvaient en augmenter les effets thérapeutiques, qu’il s’agisse d’interactions pharmacocinétiques (telle substance inhibe ou au contraire active une autre substance) ou de mécanismes épigénétiques (telle substance favorise l’expression de certains gènes qui potentialisent l’action d’une autre substance). Ainsi, dans le traitement des douleurs liées à l’arthrose, la plante appelée «griffe du diable» (harpagophytum) s’est révélée plus efficace que son principe actif, l’harpagoside. Et là où la science n’a pas pu vérifier formellement  l’efficacité d’une plante, on ne doit pas oublier la puissance de l’effet placebo, combiné à l’effet thérapeutique réel de la plante. De ce point de vue, la relation entre le patient et son traitement et en particulier entre le patient et son thérapeute (médecin, pharmacien) est essentielle. Dans la médecine classique occidentale, l’effet pharmacologique d’un médicament est généralement assez fort et diminue apparemment l’efficacité de l’effet placebo au cours du traitement. Dans la médecine alternative, la vision plus humaniste et plus holistique du thérapeute et de son patient favorise l’effet placebo. La médecine devrait d’ailleurs profiter davantage de ce bénéfice. On sait que l’effet placebo compte en moyenne pour environ 30% de l’effet thérapeutique, pour plus de 50% dans un grand nombre de pathologies psychiatriques, et jusqu’à 85% dans le cas de certaines douleurs.

 

Attention aux contre-indications

Généralement, les plantes médicinales d‘usage courant ne provoquent que très peu, voire aucun effet indésirable: c‘est là l‘un de leurs principaux avantages. De plus, l’action synergique des divers constituants commence à être mieux comprise et acceptée par les scientifiques. Enfin, contrairement à certaines croyances populaires, plusieurs plantes ont des effets pratiquement immédiats sur le métabolisme. Tout ce qui est «naturel» n’est pas inoffensif. Certaines plantes sont tout bonnement toxiques et d‘autres peuvent être nocives en cas d’interactions avec d‘autres plantes, médicaments ou suppléments. La prise simultanée de plantes et de médicaments peut entraîner l‘interaction des deux principes actifs et provoquer l‘apparition d‘effets secondaires, parfois graves. Voici quelques exemples:

1) L‘aubépine peut parfois induire des palpitations, de la tachycardie, des maux de tête, des vertiges, des bouffées de chaleur et des troubles gastro-intestinaux. Elle est contre-indiquée pour les femmes enceintes (premier trimestre) et les enfants de moins de 12 ans. Les personnes suivant des traitements cardiaques ou plaquettaires doivent demander l‘avis de leur médecin.

2) La camomille est déconseillée aux asthmatiques allergiques au pollen. Par précaution, son utilisation est également déconseillée pour les femmes enceintes. Il en va de même quand elle est associée avec l‘alcool et les anticoagulants.

3) La valériane peut entraîner de légères nausées ou troubles gastro-intestinaux. Son utilisation est déconseillée pour la femme enceinte, par précaution. La valériane ne doit pas être consommée avec de l‘alcool (risque de somnolence) ni avec d‘autres traitements anxiolytiques ou hypnotiques. Elle peut interagir avec les anticoagulants, les suppléments de fer et les analgésiques opioïdes.

4) Le millepertuis, conseillé dans les cas de dépressions légères, peut diminuer l‘efficacité de certains médicaments comme les anticoagulants, les contraceptifs oraux, les antidépresseurs, etc. Phyto