• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

L‘aromathérapie

L’utilisation médicale d’extraits aromatiques de plantes est désignée par le terme d’ «aromathérapie». Contrairement à la phytothérapie qui utilise l’ensemble des éléments d’une plante, l’aromathérapie n’utilise que la fraction odorante, volatile et éthérée extraite des végétaux: les huiles essentielles.

 

Un peu d’histoire…  

On retrouve des traces de méthodes de distillation et d’extraction des plantes en Chine et en Inde il y a déjà plusieurs millénaires. Dans l’Egypte ancienne, puis en Grèce, l’utilisation d’extraits de plantes dans la médecine est avérée, alors que les Romains les utilisent plus tard sous forme d’onguent gras. Au Moyen âge, l’alchimiste et médecin persan Avicenne invente l’alambic, facilitant ainsi les procédés d’extraction. A partir du XIXe siècle, on commence à isoler et à classifier les propriétés des différents extraits de plantes. On attribue au chimiste français Gattefossé l’utilisation du terme «aromathérapie» en 1935.

La majorité des huiles essentielles sont extraites par distillation à la vapeur d’eau. Il faut parfois quelques kilos de la partie de la plante sélectionnée (fleur, feuille, bois, …) pour produire quelques gouttes d’huiles essentielles.

On utilise généralement les huiles essentielles sous forme d’onction (dissolution dans une huile), de crème ou de lotion (émulsion de l’huile dans l’eau) pour une application externe. La dispersion sur un sucre est utilisée pour

 

l’administration par voie orale, de même que la dispersion dans le miel ou dans une huile alimentaire. La mise en gélules ou en suppositoires est également possible pour certaines applications thérapeutiques. La diffusion atmosphérique et l’inhalation sont aussi employées.

Des propriétés thérapeutiques reconnues

Les usages les plus courants des huiles essentielles sont nombreux. Outre l’automédication de confort (relaxation, bains, massages, cosmétiques) et la préparation à l’endormissement, les huiles essentielles sont souvent utilisées pour ses propriétés anti-infectieuses (désinfection et cicatrisation des plaies), anti-inflammatoires (traitement des traumatismes), respiratoires, hypotensives, circulatoires, digestives, …

 

Il est important de consulter un spécialiste avant d’utiliser des huiles essentielles, leurs propriétés n’étant pas adaptées à toutes les situations. Il convient ainsi d’être particulièrement vigilant avec les très jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes allergiques. De plus, des effets secondaires potentiellement sévères peuvent survenir, certaines molécules contenues dans les huiles essentielles étant particulièrement actives. En raison de la banalisation de leur utilisation au cours de ces dernières années, les accidents plus ou moins graves se sont multipliés, et nous rappellent que l’information, voire la formation du public est importante. Enfin, certaines huiles essentielles sont toxiques et ne doivent pas être utilisées sans les recommandations d’un spécialiste. On peut mentionner l’amande amère, l’anis vert, l’arnica, le bouleau jaune, le camphre, l’estragon, la gaulthérie, la menthe pouliot, la moutarde, l’origan, la sauge officinale et le thuya.