• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

Le cours de l‘euro en question

Depuis l’annonce le 15 janvier dernier de l’abandon du taux plancher à CHF 1,20 pour 1 Euro par la Banque nationale suisse, cette question est sur toutes les lèvres et les conséquences ne se sont pas fait attendre dans certains secteurs de notre économie. Chacun s’inquiète de savoir s’il fera partie des gagnants ou des perdants de cette opération, mais depuis, le cours de l’euro est légèrement remonté. Il nous a paru intéressant de considérer cette question du point de vue de la pharmacie.

 

Quid du prix des médicaments?

Lorsque l‘on parle du médicament, il faut considérer le marché du médicament et son impact sur notre économie dans son ensemble. Actuellement, la Suisse exporte beaucoup plus de médicaments vers l’étranger qu’elle n’en importe. La balance commerciale penche de plus de 40 milliards de francs en faveur des exportations, dont la moitié environ vers l’Union européenne. Il est donc juste de distinguer au sein de l’industrie pharmaceutique les entreprises importatrices, qui vont bénéficier d’un cours de change plus favorable, et les entreprises exportatrices, qui devront faire face à la pression de leurs «acheteurs», en grande partie européens.

Le mécanisme d’ajustement des prix des médicaments remboursés en Suisse prévoit une révision régulière des prix en se basant sur le prix moyen des pays avoisinants (France, Allemagne, Italie, Autriche, Pays-Bas, Danemark, Royaume-Uni), tous les trois ans pour les médicaments brevetés et tous les deux ans

 

pour les médicaments dont le brevet est échu. A ce jour, le taux de change pour la comparaison des prix est de 1,24 francs suisses pour 1 euro; il devra donc probablement être revu à la baisse si le cours de l’euro se stabilise à des valeurs plus basses. Les prix des médicaments remboursés sont administrés, c’est-à-dire qu’ils font l’objet d’une décision de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), à la suite d‘ une négociation avec le fabricant. Pour les médicaments non remboursés, les prix sont libres.

 

Le client en pharmacie, gagnant ou perdant?

Contrairement à ce que l’on a pu lire dans la presse, un grand nombre de fournisseurs de produits thérapeutiques ont revu leurs prix à la baisse. Cela concerne essentiellement les médicaments non remboursés. Ces baisses de prix vont indéniablement profiter aux clients des pharmacies.

Concernant les médicaments remboursés, ils ont connu une baisse constante depuis 2006 en raison, d’une part, de la perte des brevets (remplacement des médicaments originaux par les médicaments génériques) et, d’autre part, de la comparaison des prix avec les pays voisins. Cette tendance à la baisse devrait se poursuivre, voire s’accélérer pour les médicaments génériques.

A l’inverse, les nouveaux médicaments introduits sur le marché (ce qui est de plus en plus rare) le sont avec un prix élevé, considéré comme une prime à l’innovation et permettant au fabricant de couvrir les frais de recherche (on estime à environ 1 milliard de francs les coûts de la recherche pour un nouveau médicament). Globalement, au vu de ce qui précède, le client en pharmacie va profiter de la baisse de la valeur de l’euro par rapport au franc suisse.

 

Et votre pharmacien?

La rémunération du pharmacien sur la vente de médicaments comporte deux éléments principaux (pour faire simple): le premier est directement lié au prix du médicament vendu (marge de distribution); le deuxième est lié à l’acte de remise du médicament (les fameuses taxes RBP) et rétribue le conseil du pharmacien. Les coûts fixes liés à l’exploitation d’une pharmacie (salaires, loyer, administration, …) couvrent une très grande partie des charges, dont près de 60% pour les seules charges salariales. Les coûts variables (immobilisation du stock, …) ne représentent qu’une faible partie des charges. Ainsi, pour le même travail à accomplir et pour les mêmes charges fixes, une baisse des prix des médicaments correspond à une baisse de revenu pour le pharmacien. Cette situation a été confirmée par une étude du KOF (centre de recherches conjoncturelles de l’Ecole Polytechnique de Zurich), qui a montré que près d’un tiers des pharmacies en Suisse n’étaient plus rentables.

pharmacist working with the computer