• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

Les animaux domestiques ont une très bonne influence sur notre santé

Nos amis les bêtes

Si plus de la moitié des personnes possèdent un animal domestique, c’est que les bêtes sont nos amies! Mais au-delà du vieil adage et de l’effet bénéfique évident que nous procurent notre relation et notre attachement à nos animaux domestiques, des scientifiques se sont penchés sur les effets positifs des animaux domestiques sur la santé de leurs propriétaires, et pas uniquement chez les personnes en difficulté physique ou sociale (handicapés, malvoyants, personnes âgées vivant seules…).

Dans une étude récente, des propriétaires et des non-propriétaires ont été questionnés sur leur satisfaction générale, en abordant des thèmes tels que leur ressenti en matière de bien-être et de bonheur, le style d’attachement et le type de personnalité. Les propriétaires d’animaux domestiques ont spontanément déclarés être en moyenne plus heureux que les non-propriétaires. De même, ils ont démontré avoir davantage confiance en eux ou encore trouver plus de sens à leur existence.

Socialement, la recherche montre que les animaux sont des facilitateurs de relations. La présence d’un chien, par exemple, est associée à des qualités telles que la gentillesse, la tolérance, l’amour des enfants…

Les animaux seraient donc un facteur d’empathie, avec un effet positif sur l’environnent de leurs propriétaires. Ainsi, les enfants sont responsabilisés, ils apprennent à prendre soin d’autrui et développent des qualités d’attention.

Bon pour le cœur!

D’autres études ont démontré une diminution des risques cardiovasculaires chez les propriétaires d’animaux, en particulier chez les hommes propriétaires de chiens.

De même, des bienfaits sur le stress ont également été vérifiés. Ainsi, le fait de caresser ou de parler à un chien, un chat ou un lapin entraîne une diminution de la pression artérielle et un ralentissement de la fréquence cardiaque.

La zoothérapie a fait ses preuves

La zoothérapie peut être un point de départ ou un complément à des thérapies plus traditionnelles. Elle n’est pas restreinte au domaine médical, puisqu’elle s’étend à des questions sociales concernant les rapports avec autrui, l’éducation ou la délinquance. Elle a aussi pu être utilisée dans le cadre de problèmes d’attention et de concentration, de dépréciation de soi, de dépression, de solitude et d’isolement. Les participants n’ont besoin d’aucune compétence particulière. Le contact avec l’animal est censé avoir un effet calmant sur eux.

En plus du cheval et du chien, d’autres animaux sont parfois utilisés. C’est le cas du dauphin qui a fait l’objet de plusieurs études, notamment avec les enfants autistes (delphinothérapie).

En Suisse, des bienfaits ont été établis concernant les troubles liés à la maladie d’Alzheimer et la répercussion favorable de l’animal pour les patients en soins palliatifs. Les résultats tendent à démontrer que les effets physiologiques que provoquent les petits animaux sont tout aussi importants que ceux rapportés avec le chien.

La compagnie des chiens prolonge l’espérance de vie humaine

Vivre avec un chien permet de dynamiser (physiquement et psychologiquement) les personnes âgées de plus de 65 ans. S’il est le meilleur ami de l’homme, le chien demeure surtout son compagnon le plus ancien. Canis lupus familiaris accompagnait l’homme bien avant l’apparition du latin. On a découvert des restes confirmés de chiens domestiques qui seraient vieux de 33’000 ans!

Jouvence canine

Aujourd’hui, le chien ne cesse de nous surprendre par ses possibles vertus thérapeutiques: zoothérapie, vertus anti-infectieuses, dépistage du cancer. Exhalerait-il en outre une forme d’élixir de jouvence? Il n’est plus interdit de le croire. Des chercheurs écossais se sont intéressés à l’effet produit par ces animaux domestiques sur l’activité physique de leurs maîtres. Leur but: déterminer si la compagnie d’un chien permet ou non de dynamiser les personnes de plus de 65 ans.

Leur étude a été menée chez 547 seniors dont l’âge moyen était de 79 ans. Seuls 9% d’entre eux possédaient un chien, soit une cinquantaine de personnes, et 75% de ces participants promenaient leur animal. Une semaine durant, on a demandé aux volontaires de porter un capteur permettant d’évaluer leur activité physique.

Effets indépendants de la longueur de la promenade

Les résultats montrent que la compagnie d’un chien est associée à une activité physique accrue chez les plus de 65 ans. L’activité des propriétaires de chiens était plus élevée (de 12% en moyenne) que celle des volontaires n’en possédant pas.

Plus surprenant encore, selon les résultats de l’étude, la longueur de la promenade de l’animal de compagnie n’influence pas l’ampleur de ses effets bénéfiques. Et ces effets sont visiblement nombreux: les volontaires possédant un chien souffraient moins d’angoisse et de dépression, et leur niveau d’activité physique équivalait celle de personnes âgées de dix années de moins.

Espérance de vie prolongée

De l’autre côté de l’Atlantique, l’American Heart Association est parvenue aux mêmes conclusions. Les cardiologues américains expliquent que les animaux domestiques nous rendent en outre moins susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire et permettent donc d’allonger notre espérance de vie. Les amoureux des chats seront déçus (à défaut d’être surpris) d’apprendre que les félins ont au contraire tendance à nous inciter à la paresse.

L’étude montre que la possession d’un chien pourrait permettre aux seniors de surmonter plusieurs obstacles à l’activité physique, tels que le manque de lien social, le mauvais temps ou la peur de l’insécurité.

Dynamisme canin

Le directeur de l’étude recommande aux personnes ne possédant pas (encore) de compagnon canin d’intégrer un groupe de promeneurs, tout en estimant qu’il serait judicieux de lancer une enquête sur la possession de chiens: inciter les gens au dynamisme par ce biais pourrait constituer une bonne initiative de santé publique.

Un tel effort de sensibilisation ne sera sans doute pas nécessaire en Suisse, où la population canine ne cesse d’augmenter.

Source: www.planetesante.ch