• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

Les pharmacies comme portail vers le système de santé

Le domaine d’activité des pharmaciens est en pleine évolution. Une étude réalisée récemment auprès de 1’200 habitants par l’institut de sondage gfs.bern, à la demande de la société faîtière des pharmaciens suisses (PharmaSuisse), dresse un bilan de la perception des pharmacies par la population, en mettant l’accent sur le rôle des pharmaciens et la confiance en leur activité et les services proposés.

 

Les pharmacies comme premier point d’accès au système de santé

Une majorité de Suisses considère les pharmacies comme un premier point de contact très apprécié, en raison notamment de leurs offres avantageuses et de leurs solutions simples et rapides. Les pharmacies sont particulièrement sollicitées pour des problèmes de santé mineurs et des maladies sans complication. Les habitants de notre pays témoignent aux pharmaciens une grande confiance , au même titre que les professionnels de santé hautement qualifiés comme les médecins et les hôpitaux. Des questions relatives à l’évolution du rôle du pharmacien dans le futur apportent des réponses particulièrement intéressantes. Ainsi, 48% des personnes interrogées seraient favorables à un modèle d’assurance-maladie dans lequel la première clarification des problèmes de santé serait effectuée en pharmacie (contre 44% qui s’y opposent). De plus, 58% des personnes interrogées sont tout à fait ou plutôt d’accord que des médicaments sur ordonnance soient délivrés par le pharmacien sans consultation médicale préalable, contre 35% des personnes tout à fait ou plutôt en désaccord. Ces éléments confirment que la majorité de la population perçoit les pharmacies comme moteur de la baisse des coûts de santé. Des prestations très concrètes, telles que les contrôles de tension artérielle et du taux de cholestérol ou les vaccins, sont sollicitées par les personnes interrogées. D’une manière générale, le rapport prix/prestation en pharmacie est jugé comme bon à très bon par 80% de la population. La maîtrise des coûts de notre système de santé reste au centre des débats politiques; il est dès lors souhaitable que les résultats de cette étude soient pris en considération en faisant abstraction des intérêts particuliers des différents prestataires de soins (pharmaciens, médecins, hôpitaux,…) et que le rôle des pharmaciens soit à l’avenir renforcé.