• Italien
  • Français
  • Allemand


  Contact : 021 802 00 19

Prévenir les maladies cardiovasculaires c’est possible!

Nous ne sommes pas tous égaux face aux maladies cardiovasculaires. Si nous n’avons pas d’influence sur l’hérédité, le sexe et l’âge, les principaux facteurs de risque sont en revanche modifiables si l’on décide d’agir: le cholestérol, l’hypertension artérielle, le tabac et la sédentarité.

 

Stop tabac!

En Suisse, 9’000 personnes meurent chaque année de maladies causées par le tabagisme. Le fumeur encourt un risque 1 à 4 fois plus élevé de mourir d‘une maladie cardiovasculaire que le non-fumeur. Près de la moitié (47%) des décès causés par le tabac sont dus à des maladies cardiovasculaires. L’espérance de vie du fumeur est de 14 ans inférieure à celle du non-fumeur. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que le tabac va tuer 1 milliard de personnes dans le monde au XXIe siècle et a édicté six principes pour lutter contre ce fléau:

– Monitor: mesurer les conséquences de l’usage du tabac et l’efficacité des mesures de prévention

– Protect: protéger la population de l’exposition à la fumée

– Offer: offrir des moyens de venir en aide à ceux qui veulent arrêter de fumer

– Warn: informer des dangers liés au tabac

– Enforce: interdire la publicité, la promotion et le sponsoring

– Raise: augmenter les taxes sur le tabac

En Suisse, une nouvelle campagne de prévention vient d’être lancée avec comme slogan « je suis plus fort », afin de conforter ceux qui souhaitent arrêter de fumer. L’arrêt pur et simple du tabac est la meilleure option, mais pas la plus facile à réaliser! Il existe des traitements médicamenteux et des substituts de la nicotine pour venir en aide aux fumeurs. La cigarette électronique et certaines pratiques de médecine naturelle ou alternative peuvent également être bénéfiques.

 

Manger et bouger!

L’alimentation est importante pour prévenir l’augmentation du cholestérol. Si le discours des «5 fruits et légumes par jour» est ressenti comme culpabilisant par certains, il faut au moins retenir les aliments à privilégier et limiter dans la mesure du possible ceux à proscrire.

On préconise généralement le régime méditerranéen: fruits et légumes, poisson, viande blanche (volaille, lapin), huile d’olive, pain, et on limite si possible la consommation de produits sucrés (confiseries, boissons sucrées…), salés (apéritifs, chips…) et gras (charcuterie, beurre, crème…).

Il se peut que vous n’ayez ni l’envie ni le temps de consacrer plusieurs heures par semaine à une activité sportive. Mais chaque activité physique compte! Montez les escaliers plutôt que de prendre l’ascenseur, déplacez- vous à pied ou à vélo pour les trajets courts, réservez du temps lors de vos week-ends et de vos vacances pour des activités en plein air.

Enfin, fixez-vous des objectifs et parlez-en à votre entourage pour qu’ils vous soutiennent et vous accompagnent.

 

Les bénéfices de la médecine

Votre médecin dispose de recommandations précises concernant le taux de cholestérol mesuré. Il vous questionnera sur vos antécédents familiaux, surveillera votre tension, contrôlera un éventuel diabète. Il tiendra compte de ces éléments et de votre exposition aux facteurs de risque pour vous prescrire un traitement en plus du régime, en particulier des statines.

Commencez dès le plus jeune âge

En raison de l’évolution de notre société concernant les loisirs et l’alimentation, de plus en plus de parents sont confrontés au manque d’activité physique de leurs enfants et à la malbouffe. Les comportements d’aujourd’hui sont responsables des malades de demain.

Une certaine sensibilisation est mise sur pied à l’école et dans le cadre de la formation professionnelle, mais cela reste largement insuffisant. Le rôle éducatif des parents demeure donc essentiel, la meilleure méthode passant probablement par l’exemple. Prévoyez des activités sportives ou des balades en famille, sollicitez vos enfants lorsque vous préparez les repas ou lorsque vous faites les courses.